Agence détective enquête privée garantie en responsabilité civile professionnelle  détective privé enquête privée Metz Thionville Moselle enquête privée détective privé Moselle Google+ détective privé enquête privée Metz Thionville luxembourg belgique video détective privé enquête privée Metz Thionville luxembourg belgique


Mr BONNET Pascal
11 avenue Général de Gaulle
57570
BOUST
Gsm : 06 60.66.25.01
Tél : (+352) 661.85.92.09

détective privé Thionville Metz Luxembourg


* 28 ans d'expérience professionnelle
* Agréé par le CNAPS, n° AUT-057-2115-08-31-20160360798

* Diplômé en criminologie Université de Nancy II
* Le cabinet s'est engagé dans le respect de la protection
des données personnelles, en désignant son correspondant
informatique et liberté : enregistrement CIL n° 133327.



Les ENQUÊTES

Sursis pour le "collectionneur" de capsules de champagne


Le "collectionneur" de capsules, qui avait détourné plusieurs milliers de muselets et de plaques destinées aux maisons de champagne, a comparu hier devant le tribunal de Châlons, il a été condamné à quatre mois d'emprisonnement avec sursis. Il devra en outre, payer 50.000 francs à la société sparnacienne qui l'employait, en réparation des préjudices moral, matériel et commercial.


          C'est la passion des capsules de champagne qui valait à M. X et son épouse une comparution devant le tribunal de Châlons-sur-Marne vendredi après-midi. Employé dans une société à Epernay, productrice de ces objets qui recouvrent les bouteilles des principales maisons de champagne, ce collectionneur avait eu l'idée de se fournir directement à la source en prélevant directement des plaques et des capsules sur son lieu de travail.
Mal lui en prit puisque l'entreprise, préoccupée par une rumeur, décidait d'employer les services d'un détective privé. Celui-ci remonta bien vite la filière des brocanteurs, l'ancien métier de M. X dans lequel il conservait toujours un pied par l'entremise de son épouse. Le trafic était découvert.

         Un bien mince trafic selon la défense de Me Arnauld-Dupont, "qui ne méritait pas les manchettes du journal". La partie civile avoue que l'entreprise se serait passée d'une telle publicité dans le contexte de crise des sociétés de champagne et de leurs fournisseurs : "On fait la une des journaux parce qu'il y a une brebis galeuse". "Qu'est-ce que 3000 capsules sur plus de 400 millions ?" rétorque la défense en affirmant que les problèmes continueront encore après cette affaire "car M. X n'est pas le seul à agir ainsi".

         "Laissons tomber le champagne et vendons des plaques et des capsules de champagne", suggère le procureur Patrick Poiret sidéré par cette sorte de commerce mettant en jeu des bouts de métal recouverts d'une pellicule de papier doré et vendus parfois plus chers que le vin lui-même. "Où sont les valeurs ?", s'interroge t-il encore avant de requérir six mois d'emprisonnement à l'encontre du principal interessé.

         Le tribunal infligera finalement une peine de 4 mois avec sursis à M. X et son épouse, ainsi qu'une somme d'environ 50.000F d'amende en réparation des préjudices moral, matériel et commercial enregistrés par la société.
(Extraits du journal l'UNION paru à la date des faits)